top of page

7 bienfaits de l'écriture thérapeutique sur la santé mentale

Dernière mise à jour : 24 oct. 2023

Les palmarès de librairies regorgent bien souvent de récits personnels racontant des histoires incroyables de gens ayant survécu à l’horreur. Préconisée par les guérisseuses du corps et de l’esprit – les thérapeutes, les infirmières, les psychiatres et les médecins – l’écriture peut véritablement agir à titre de thérapie pour les personnes ayant survécu à un événement traumatique.

Mais comment l’écriture peut-elle aider à surmonter un événement traumatique? C’est ce que je tenterai d’éclaircir au fil du temps, avec ce tout premier article qui se consacre aux bienfaits de l'écriture sur la santé mentale.




SOMMES-NOUS TOUTES ET TOUS TRAUMATISÉ·ES?

L'écriture peut-elle aider à surmonter un événement traumatique?

(Source : Unsplash)


Comme bien des gens, tu as probablement été confronté·e à des événements difficiles au cours de ta vie. La perte d’un emploi, d'un être cher, une faillite ou une rupture amoureuse sont certes pénibles à vivre, mais ils ne peuvent être qualifiés d’événements traumatiques.


En fait, on dit d’un événement qu’il est traumatique lorsqu’une personne a été exposée à une mort effective ou à une menace de mort, à une blessure grave ou à des violences sexuelles, en étant soit :

👉 directement exposée ou témoin d’un ou de plusieurs événements traumatiques

👉 informée qu’un événement traumatique est survenu à un proche

👉 exposée à répétition au caractère nocif du ou des événements traumatiques


Se faire sacrer là, ça fait vraiment mal. Ne pas savoir avec quel argent on va pouvoir faire l'épicerie, c’est stressant. Ces situations sont extrêmement pénibles, mais elles font partie des coups durs de la vie.


C’est lorsque l’être humain est confronté à des événements qui mettent effectivement sa vie ou la vie d’un proche en danger que l’on parle d’événement traumatique.

  • Grandir dans un environnement qui objectifie et violente les femmes

  • Se faire humilier et dénigrer à répétition

  • Survivre à un désastre naturel

  • Devoir quitter son pays en guerre

  • Craindre pour sa sécurité et son intégrité physique

  • Se faire harceler

  • Se faire violer

Ce sont tous des exemples d'événements traumatiques qui peuvent, selon leur récurrence et leur ampleur, mener à un syndrome de stress post-traumatique (PTSD). Le PTSD met parfois toute une vie avant d'être pris en charge par le ou la bonne spécialiste afin d'en atténuer les effets dévastateurs sur la santé physique et psychologique de la victime.


20 MINUTES D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE PAR JOUR


Les recherches de Pennebaker et Beall* montrent que 20 minutes d’écriture par jour, pendant au moins 3 jours de suite, produirait un effet bénéfique sur la santé lorsque l’écriture est consacrée à la réflexion d’événements et d’émotions qui nous ont perturbés. Les chercheurs ont noté que les participant·es de leur étude renforçaient leur système immunitaire en pratiquant l’écriture thérapeutique, comparativement aux autres participant·es qui n’avaient reçu aucune consigne précise d’écriture.



20 minutes d'écriture thérapeutique par jour

(Source : Unsplash)



7 BIENFAITS DE L’ÉCRITURE SUR LA SANTÉ MENTALE


Coucher par écrit ses expériences traumatisantes et les émotions qui y sont associées est un premier pas vers une meilleure santé mentale. Voici en rafale 7 bienfaits de l’écriture sur la santé mentale.


1. L’écriture possède une capacité exutoire

Écrire te permettra de revivre l'événement traumatisant sans être véritablement confronté·e au danger. Tu pourras peut-être mettre en lumière des points de vue différents que tu n'avais pas eu l'occasion d'envisager sur le moment ou, à tout le moins, réécrire ta propre histoire.


2. L’écriture est bénéfique pour le stress et l’anxiété

L’écriture exige une concentration et une créativité qui libèrent ton esprit. Les études démontrent qu’elle permet de lutter contre le stress, l’anxiété, le désespoir et les douleurs physiques.


3. L’écriture est une amie à l’oreille attentive

De nombreuses personnes souffrant de troubles de santé mentale – troubles alimentaires, phobiques, anxieux, dépressifs, etc. - trouvent refuge dans l’écriture. Pour elles, écrire est un véritable soulagement qui leur permet de mettre de côté les idées noires.


4. L’écriture permet de s’exprimer sans gêne

À moins que tu n'aies un petit frère emmerdant ou une mère un peu trop intrusive, personne ne lira ton journal. Personne ne te critiquera, personne ne pourra tenter de contrôler tes pensées.


En fait, si. Toi seul est ton plus grand ennemi.


Apprends à affronter ce qui sommeille au plus profond de ton dedans sans porter de jugement sur tes émotions. Les émotions ne sont pas honteuses. Accueille-les et laisse-les s'exprimer pour éviter qu'elles ne te rendent malade ou te détruisent.


5. L’écriture tient la souffrance éloignée

En exprimant ta colère, tes peurs et tes rancœurs, en dénonçant les injustices, mais également en soulignant tes petits bonheurs et tes espoirs, tu pourras délimiter ta souffrance à l’aide des mots.


Nomme ce qui t'effraie pour ranger la peur au placard.


6. L’écriture aide à mieux se connaître

Au fil des pages qui tu noirciras, tu parviendras à donner un certain sens à ce qui n’en avait pas à prime abord. Tu pourras mieux te comprendre et mieux comprendre ta réaction face à l’horreur. La personne que tu étais avant le traumatisme n'existe plus (c'est vraiment plate, mais tu n'y peux rien) mais c'est pas ça qui va t'empêcher d'apprivoiser la magnifique personne que tu es devenue après ton traumatisme.


7. L’écriture est symbole de vie

L’écriture, avec son pouvoir de création infini, peut vite devenir vertigineuse. Il n’y a aucune limite. Littéralement aucune. Dis-toi que tu pourras toujours choisir les passages que tu souhaites uniquement garder pour toi si l'envie te prenait par exemple, un jour, de partager ton récit de vie.


J'espère que cet article t'a convaincu·e des bienfaits de l'écriture thérapeutique. Il te reste juste à trouver un bout de papier et un crayon pour vérifier cette théorie par toi-même.



*(Source : J.W. Pennebaker et Beall, S. K. « Confronting a traumatic event: toward an understanding of inhibition and disease. » Journal of Abnormal Psychology, 956, 1986, p. 274-281)


 

Dans la prochaine édition...

Je continue de te montrer à quel point l'écriture thérapeutique peut être magique avec 5 exercices d'écriture thérapeutique tirés du journal intime.


Qui est laptitemausus? Rédactrice de blogue chez Mausus Rédaction


185 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page