top of page

5 exercices d'écriture thérapeutique tirés du journal intime

Dernière mise à jour : 26 janv. 2022

Dans un journal, nul besoin de se mentir. C’est ce que Rousseau pensait du moins. Ça fait quand même du sens, si on y réfléchit un instant. Quel genre de gens perdrait leur temps à noter des mensonges dans leur propre journal intime? L’écriture d’un journal, c’est fait pour remettre de l’ordre dans ses pensées. C’est également l’une des méthodes les plus facilement accessibles pour aider à surmonter un événement traumatique.


Dans ce nouvel article consacré à l’écriture thérapeutique, je vous présente 5 exercices d’écriture thérapeutique pour ceux et celles qui ne redoutent pas d’affronter leur propre Épouvantard.


(Source : WarnerBros)


3. Exercice d’écriture thérapeutique : le journal intensif

4. Exercice d’écriture thérapeutique : le journal de l’optimiste

5. Exercice d’écriture thérapeutique : le journal de l’automate

6. Exercice d’écriture thérapeutique : le journal de la douleur

7. Exercice d’écriture thérapeutique : le journal réflexif



LES 7 CONSEILS DE ROUSSEAU POUR ÉCRIRE SON JOURNAL INTIME


Il n’y a bien sûr aucune règle à respecter lorsqu’il est question d’écriture créative. Toutefois, pour que les exercices d’écriture thérapeutique présentés dans cet article soient efficaces, je vous conseille de vous fier aux conseils de l'auteur du Contrat social.


Vous êtes donc face à vous-même, le crayon à la main et prêt·e à attaquer cet insolent journal qui vous dévisage. Souvenez-vous des sept conseils de Rousseau :




Les perfectionnistes auront probablement de la difficulté à ne pas effacer une phrase un peu boiteuse ou un adjectif peu évocateur. JTHAIS, CRISS DE FOLE!!!! ça fait autant la job qu’un JE TE HAIS, ESPÈCE DE FOLLE! Arrêtez de vous relire, faites place à vos émotions et le journal deviendra un compagnon très utile pour mieux vous comprendre et surtout, pour faire la part entre ce qui vous appartient et ce qui appartient aux autres.


LE JOURNAL INTIME, C’EST TELLEMENT ANNÉE 2000


Bon. C’est vrai, parler de journal intime auprès d'adultes, ça peut être un peu délicat. Quand j’entends « journal intime », on dirait que tout ce qui me vient en tête, c'est : Jeune adolescente éperdument amoureuse d’un tel ou tel grand niais. Des gribouillis de toutes sortes de couleurs. Et une fin tragique.


Malgré la perception péjorative qu’on y associe, le journal intime est mine de rien l'un des moyens les plus accessibles pour sonder les profondeurs de son âme. Je vous présente à l’instant cinq exercices d’écriture thérapeutique s’inspirant du journal intime.



EXERCICE D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE : LE JOURNAL INTENSIF


(Source : Unsplash)


Inventé dans les années 60 par le Dr Ira Progoff, la technique du journal intensif est reconnue pour aider les individus à développer leur plein potentiel. Plus facilement accessible lors d’un séminaire d’écriture thérapeutique, l'exercice du journal intensif vous permettra de vous situer dans le mouvement de votre vie.


Quatre grands aspects sont abordés dans un journal intensif :

1. Vie et temps

2. Dialogue

3. Profondeur

4. Sens


Les techniques du « carnet de bord » et de la « rétroaction » sont utilisées conjointement pour relater les faits de votre vie et pour générer l’action propice au changement.


Pour en apprendre plus sur la méthode du journal intensif, consultez une entrevue avec le Dr Progoff.


Charge émotionnelle : modérée



EXERCICE D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE : LE JOURNAL DE L’OPTIMISTE


(Source : Unsplash)


Se concentrer uniquement sur les beaux moments qui jalonnent notre quotidien, voilà à quoi s’apparente l’écriture d’un journal de l’optimiste. Au fil de votre journée, n’hésitez pas à relater les moments qui vous ont procuré une bonne dose d’endorphines. Avant de vous mettre au lit, relisez ce que vous avez noté. À chaque fois que vous filez un mauvais coton, replongez-vous dans votre journal de l’optimiste.


La charge émotionnelle est très faible : c’est juste du gros LOVE.


Le journal de l’optimiste vous plait? Jetez un œil à cet autre exercice d’écriture thérapeutique : la lettre à soi.


EXERCICE D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE : LE JOURNAL DE L’AUTOMATE


(Source : Unsplash)


Alors que le journal de l’optimiste venait mettre en lumière toute la beauté et la bonté qui vous entourent, le journal de l’automate est plutôt destiné à ceux et celles qui se noient dans le désordre de leurs pensées.


Moins exigeant physiquement et psychologiquement, le journal de l’automate est un exercice d’écriture thérapeutique axé sur le lâcher-prise. Vous devrez vous débrancher du pilote automatique et carrément y aller pour le dérapage. Écrivez tout ce qui vous passe par la tête, même si ça ne fait aucun sens. Ne vous arrêtez pas pour effacer ou pour relire. Laissez poindre les idées qui vous obsèdent.


Les mots et les phrases ne feront probablement aucun sens, et c’est tant mieux. Continuez. Continuez à laisser jaillir le capharnaüm de votre esprit. Vous verrez comme c’est bien, d’avoir les idées claires.


Charge émotionnelle : faible



EXERCICE D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE : LE JOURNAL DE LA DOULEUR


Faites rédiger votre propre récit de vie (biographie) par une rédactrice professionnelle

Pour ce type d'exercice, vous travaillerez à vous libérer (du moins pour un certain temps, rien n’est éternel hélas!) de la douleur qui vous empêche d’atteindre votre plein potentiel. Servez-vous de votre journal de la douleur comme d’un déversoir pour y laisser vos peurs les plus anciennes, votre colère millénaire et votre douleur.


Cet exercice est très exigeant physiquement et psychologique. Ce ne sera clairement pas agréable sur le coup, mais après vous vous sentirez vraiment bien. Exactement comme votre dernière visite chez le dentiste.


Charge émotionnelle : élevée



EXERCICE D’ÉCRITURE THÉRAPEUTIQUE : LE JOURNAL RÉFLEXIF



(Source : Unsplash)


Ce dernier exercice d’écriture est idéal pour prendre position lors d’un conflit, trouver une solution et passer à l’action. Le journal réflexif vous invite à analyser une situation problématique en prenant le temps de raconter son histoire. Son efficacité se déroule en trois temps :


1. S’écrire

2. Se lire

3. Se déterminer


Dans la première partie, vous tenterez de cerner votre problématique en une seule phrase et noterez les solutions possibles. Vous raconterez ensuite l’histoire derrière cette problématique, comme si vous vous adressiez à une personne totalement étrangère à la situation.


Laissez ensuite ce texte de côté pour 2 ou 3 semaines.


La dernière étape consiste finalement à trouver une solution par vous-même, en prenant soin procédant à un retour réflexif sur vos propres écrits. Avec le recul, vous saurez mieux outillé pour prendre une décision éclairée.


Charge émotionnelle : élevée


 


Et vous, est-ce que vous notez tout ce qui vous arrive dans un journal?
Vous avez essayé le journal de l'optimiste ou de la douleur? N’hésitez pas à faire part de vos propres expériences d'écriture thérapeutique, je réponds à tous les commentaires!


969 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page